Décryptages

30 / 08 / 2015 - politique

A propos du livre "Le Nouvel ordre démocratique"

Interview publiée dans le Figaro Vox du 29 août 2015 sous le titre "en 2017 le clivage gauche-droite laissera la place au clivage peuple-élite"


Le Figaro Vox : Charles Pasqua déclarait après la défaite du traité de Maastricht, "plus rien ne sera jamais comme avant". Il est mort au juillet 2015 et le clivage droite / gauche domine toujours la politique française. Est-ce une permanence inamovible ?

Jérôme SAINTE-MARIE : L’invariant dans une démocratie représentative, c’est la présence d’une majorité au pouvoir et d’une minorité dans l’opposition. Il s’agit d’un dispositif résultant de la logique électorale, rien de plus. Quant au clivage entre une gauche et une droite, s’il a structuré la vie politique européenne sur l’essentiel du XXème siècle, il n’a rien d’inévitable. Sur la durée, il est frappant de constater la variation du contenu idéologique de cette opposition formelle. Cependant, ce clivage s’est à peu près maintenu tant que les principaux partis de gauche et de droite ont réussi à persuader les citoyens qu’ils étaient en conflit sur les principaux enjeux. Le problème aujourd’hui est que l’opinion française a de plus en plus le sentiment qu’ils sont d’accord sur l’essentiel, tout en se disputant sur l’accessoire. La succession rapide des alternances à la tête du pays a favorisé cette perception, car les politiques publiques réellement menées ont semblé très proches, et leurs résultats décevants. A l’inverse, une troisième force, qui est tenue en lisière du pouvoir, propose une vision du monde et une politique alternatives. En s’emparant de sujets sur lesquels la gauche et la droite de gouvernement ne se dissocient plus guère, le Front national déstabilise l’ordre électoral ancien.

Vous considérez comme très probable la présence du FN au second tour en 2017. Pourquoi ?

Tout d’abord, depuis des mois les sondages d’intentions de vote indiquent tous la qualification de Marine Le Pen pour le second tour. Si certains d’entre eux enregistrent qu’elle serait talonnée ou même dépassée par le candidat principal de la droite, selon la personnalité testée comme candidat des Républicains, à chaque fois la candidate frontiste serait hors de portée du candidat socialiste. Cette raison n’est bien sûr pas suffisante, car l’on sait la fragilité d’un choix politique exprimé hors contexte électorale, et à près de deux ans de l’échéance. C’est pourquoi il faut se pencher sur les élections qui ont eu lieu depuis 2012, et à chaque fois l’affaissement de la gauche sur elle-même s’est amplifié, cependant que le Front national raffermissait son emprise. Par exemple, le fait que les listes lepénistes aient rassemblé un quart des suffrages exprimés aux européennes comme aux départementales constitue un indice révélateur, car il s’agit dans les deux cas de scrutins moins favorables au Front national que ne l’est l’élection présidentielle. Enfin, si l’on considère les facteurs explicatifs de ses succès, et des revers de la gauche, on ne voit pas de raisons à ce qu’ils disparaissent d’ici au printemps 2017.

Les querelles de famille peuvent- elles freiner cette ascension ?

Le vote pour le Front national n’est pas un mouvement d’humeur, mais un choix mûri et réitéré, autant que celui en faveur du Parti socialiste ou des Républicains. De plus, une majorité de Français estiment aujourd’hui que le parti dirigé par Marine Le Pen devrait être considéré comme "un parti comme les autres". A tort ou à raison, les positions frontistes sur l’immigration, l’identité nationale ou la sécurité sont largement approuvées. Il s’agit d’un socle solide. De plus, depuis plus d’un an, la quasi-totalité des sympathisants frontistes interrogés dans les sondages voient en Jean-Marie Le Pen un obstacle plutôt qu’un atout. Certes, la forme qu’a pris le conflit interne entre lui et la direction du parti aura troublé plus d’un militant. Le prix à payer pour Marine Le Pen pour son émancipation politique paraît cependant faible. Sur la durée, ces épisodes tumultueux favoriseront l’idée d’un profond renouvellement idéologique, et rendront intenable l’ostracisme dont ce parti fait l’objet. En fait, le principal risque électoral serait plutôt que la normalisation du Front national aille trop loin, alors que son attractivité repose en partie sur son opposition affichée au système politique.

A vous lire la gauche a perdu beaucoup d’intellectuels, d’ouvriers, une partie des professeurs, que lui reste-t-il ?

Le secret des renaissances successives de la gauche réside dans la croyance qu’elle était la protectrice du salariat, contre une droite qui aurait défendu la rente et le profit. Aussi près qu’en 2012, François Hollande avait réussi à se faire élire en brocardant son adversaire comme "Président des riches". Au second tour, parmi les ouvriers, 58% des suffrages exprimés se sont portés sur le candidat socialiste. Cette croyance en la gauche s’est aujourd’hui effondrée, le monde du travail ne se sentant guère défendu contre les assauts du chômage et la concurrence de la main d’œuvre étrangère, y compris dans le cadre européen. Les ouvriers et les employés sont bien plus critique à l’égard du pouvoir socialiste que ne le sont les cadres ou les retraités. Autre pilier, les fonctionnaires sont atteints par le doute, y compris les enseignants. Enfin le monde de la culture et du spectacle, très dépendant de la dépense publique, redoute la contraction de celle-ci et se sent moins défendu par la gauche. Les fidélités électorales envers le parti socialiste se défont, comme l’atteste lors des scrutins récents la sur-abstention de ses anciens électeurs. Or, si la gauche ne parvient plus à être identifiée comme la défenseuse de larges groupes sociaux, elle risque d’être ballotée au fil des élections comme un bateau sans quille. La proclamation de "valeurs" abstraites, hors sol, ne lui serait pas alors d’un grand secours.

Hollande est-il le fossoyeur de la gauche ?

Le tournant qu’a imposé à la gauche François Hollande avec la proclamation du "pacte de responsabilité" doit être pris au sérieux. Même si la concrétisation de celui-ci devait être modeste, le traumatisme subi par son électorat est considérable. La nouvelle ligne proclamée par le pouvoir socialiste revient à considérer que la gauche a eu tort durant des décennies en matière de politique économique et sociale. Son problème est qu’il n’a pas d’électorat de rechange. Il faut voir plus loin : c’est tout le clivage gauche-droite qui est miné par cette reddition idéologique. Et le recul annoncé de l’Etat amène les catégories sociales les plus vulnérables vers d’autres horizons que la sociale-démocratie, par exemple vers la préférence nationale. J’insiste sur le fait que l’aveu que constitue le "pacte de responsabilité" atteint la crédibilité du projet social de toute la gauche, et pas seulement du Parti socialiste.

Les gauches type Syriza ou Podemos ont- elles un avenir en France ? Si ce n’est pas le cas, pourquoi ?

Vu la crise sociale et politique que connaît la France, le recul de toute la mouvance à gauche du Parti socialiste suscite l’interrogation. Beaucoup plus que les différences entre les systèmes électoraux ou bien entre les personnalités, je crois que la clef de cette énigme se trouve dans l’histoire politique des différents pays. Entre France, depuis 1945, l’extrême-gauche, à commencer par le Parti communiste, a été intégré au régime, participant à la construction de notre système social, et parfois même au gouvernement. A l’inverse, l’extrême-droite en a été tenu à l’écart. La situation est tout autre, et même symétriquement opposée, en Espagne ou en Grèce. Le sentiment que la société française est dans l’impasse atteint pour cela toute la gauche, mais non le Front national, justement parce qu’il n’a pas de bilan à justifier. A l’inverse, ailleurs, Podemos ou Syriza peuvent prétendre constituer des alternatives nouvelles.

Vous écrivez que la gauche fixe sa doctrine sur l’égalité et la droite sur l’identité, pouvez-vous préciser cette classification ?

En réalité l’une comme l’autre se sont d’abord attachés à promouvoir l’égalité, mais tandis que la droite mettait l’accent sur l’égalité civile entre les individus, la gauche se proposait d’établir l’égalité sociale entre les groupes. Il en va tout autrement aujourd’hui. L’identité nationale ou l’identité de classe ont été délaissées au profit d’une identité européenne évanescente, et d’identités religieuses, ethniques ou sexuelles virulentes. On reconnaît ici l’obsession contemporaine pour la "diversité" ou pour la "parité". L’imaginaire national et républicain s’en trouve bouleversé. Tout se passe comme si les reculs en matière économique et social devaient être compensés par la distribution de privilèges à des groupes ciblés, selon un modèle anglo-saxon. Les élites applaudissent, mais les catégories populaires s’inquiètent de cette reformulation du discours politique français, autrefois universaliste. Comme elle est au pouvoir et comme elle beaucoup plus engagé dans cette voie, la gauche est particulièrement déstabilisée par le "marché aux identités" qu’elle a ouvert.

Vous ne croyez pas à la tripartition. A quoi peut ressembler la nouvelle bipolarité ?

A défaut de proportionnelle aux législatives et avec une élection du président de la République au scrutin universel direct, la tendance au clivage binaire est la plus forte. Sous le mandat de François Hollande, le Front national s’est hissé à un niveau électoral proche de celui de la gauche ou de la droite. Le génie est sorti du flacon où il avait été maintenu durant trente ans, avec des scores significatifs mais éloignés de la qualification pour le second tour, l’accident du 21 avril 2002 mis à part. Désormais, comme l’ont montré les élections départementales, le Front national impose sa présence au tour décisif. Telle est aussi l’hypothèse vraisemblable pour la présidentielle de 2017. Ce sera le moment de vérité. Le courant politique qui sera éliminé à l’issue du premier tour, la droite ou plus probablement la gauche, entrera dans une crise sans précédent. Contre le Front national, les débris de la force vaincue s’agrègeront à la force victorieuse, sur le modèle de l’union des tenants du "oui" contre ceux du "non" lors du référendum de 2005 à propos de l’Europe. Comme cela s’esquisse dans plusieurs pays européens, et comme cela s’observe dans nombre de villes et départements français, où le Parti socialiste a pratiquement disparu, le clivage gauche-droite aurait alors vécu.

Comment définir le nouvel ordre démocratique ?

En premier lieu comme un ordre cohérent et moderne, correspondant bien mieux aux différences d’intérêts sociaux et d’émotions partagées que ne le fait l’ordre électoral actuel. De fait, si l’abstention atteint des hauteurs vertigineuses, c’est d’abord parce que le clivage entre la gauche et la droite ne renvoie plus aux représentations dominantes parmi les électeurs. Ensuite, le nouvel ordre décrit est avant tout vertical, opposant les catégories populaires aux élites, au sens très large, perpendiculairement au clivage gauche-droite. Ce nouvel ordre démocratique oppose deux forces, l’une dominée par le Front national, sous un vocable quelconque, l’autre faisant la synthèse de ce qu’il y a de commun au libéralisme économique et culturel professé dans les partis de gouvernement à gauche ou à droite. Selon ce schéma, le rapport à l’Europe, à la mondialisation et à l’identité nationale est bien sûr décisif dans le reclassement des uns et des autres. Le contexte actuel de paupérisation et de désarroi favorise l’émergence de ce nouvel ordre démocratique. Il est déjà présent par fragments, dans l’opinion publique, dans les résultats électoraux, et sur les territoires locaux. Mais l’opportunité de sa concrétisation complète et nationale en est le scrutin présidentiel de 2017.


Contact

Jérôme Sainte-Marie
67 rue Saint Jacques
75005 Paris
t. +33 (0)6 37 58 08 52
contact@pollingvox.com